Zoom sur le "Cloud Computing"

Publié le 8 février 2011 par Erwan Ramier
JPEG - 23.4 ko
Voici la tendance actuelle et des années à venir : le Cloud Computing, traduit en français en "informatique dans le nuage". Derrière cette anglicisme se cache le "concept de déportation sur des serveurs distants des traitements informatiques traditionnellement localisés sur le poste utilisateur." dixit Wikipedia.

Une certaine réticence des entreprises ...

Une fois de plus, c’est la sécurité et la confidentialité des documents qui constituent un frein majeur à l’adoption du Cloud Computing dans certaines entreprises. Mais pas seulement. En effet, les sociétés craignent une trop forte dépendance au réseau et une perte de contrôle sur les données confiées à un tiers.

JPEG - 85.6 ko

... malgré de nombreux atouts

Mais le concept de Cloud Computing possèdent deux éléments clefs. D’une part, un élément financier avec la réduction des coûts, ce qui pourrait jouer une rôle important dans la décision des DSI. D’autre part, un élément technique avec la garantie pour les infrastructures Cloud d’apporter aux entreprises plus de souplesse, de flexibilité et de disponibilité des ressources.

Les différentes formes

JPEG - 74.5 ko

Selon les approches des entreprises, se distinguent trois formes de cloud computing : les clouds privés internes, les clouds privés externes, et les clouds publics.

Certaines entreprises décident seules de garder la maîtrise de leurs infrastructures IT (datacenters) virtualisées et fournissant des ressources IT à la demande pour répondre à différents besoins ou services : c’est la notion de Cloud privé interne. Ce type de Cloud permet aux DSI de rester propriétaires de leurs infrastructures, et l’accès se fait avec un réseau sécurisé, interne et fermé.

Le Cloud privé externe, lui, est mis à disposition par de nombreux acteurs sur le marché, notamment des hébergeurs comme le leader OVH ou des SSII spécialistes de l’infogérance et de l’externalisation (Atos Origin, Capgemini, Steria, ...) ou encore des constructeurs (HP, IBM, VMware, ...).

Enfin, le Cloud Computing public n’attire qu’environ 3% des entreprises. Ces dernières s’appuient sur des ressources serveurs et de stockage à la demande.

En bref

Le Cloud Computing est un incontournable du moment pour les entreprises, et tout particulièrement dans sa version privée. Sa version publique est pour le moment écartée, et pour développer les usages, les prestataires devront apporter des garanties principalement sur la sécurité des données.